Bernard Hudelot


Bernard Hudelot, descendant des vikings, est un personnage typique bourguignon, né en 1942 à Villars Fontaine. Il a grandi dans une famille de petits paysans vivant de polyculture, d’un peu d’élevage, de vigne et de vin indispensable à l’alimentation et à leurs revenus.

- À 12 ans, il quitte le village pour étudier dans un lycée technique à Dijon ;

- à 21 ans, technicien supérieur il part à l’armée en Côte d’Ivoire. À son retour âgé de 23 ans, il enseigne les mathématiques dans un lycée commercial à Gray ;

- à 26 ans, à la suite du rassemblement des parcelles par la SAFER, il décide avec son frère Henry, de revenir au village pour replanter les vignes sur les terroirs oubliés. 
Ingénieur conseil en bâtiment, il développe alors beaucoup d’énergie pour acquérir, remembrer  et planter les parcelles les mieux exposées.

- Parallèlement il poursuit des études universitaires d’œnologie et de biologie. Maître ès sciences, il entreprend un doctorat en viticulture avec son directeur le professeur Bessis. 

- Dans le même temps, il défriche avec son frère et entreprend les plantations de nouvelles parcelles qu’il identifie avec un fort potentiel. Les heures passées ne sont pas comptées ! Pendant cette période, responsable de ses vinifications, il vinifie et élève ses vins dans le respect des méthodes «anciennes et traditionnelles» qui ont fait la renommée de la Bourgogne. C’est plus tard, avec l’évolution du matériel et de la technologie qu’il comprend que les vrais vins de Bourgogne ne peuvent se faire qu’en accord avec ces méthodes anciennes.

- En 10 ans il plante 18 hectares de vigne. En 1980, son frère s’associe avec son fils. Bernard construit alors avec des collaborateurs les bâtiments nécessaires à la vinification et à l’élevage de ses vins. Les résultats sont spectaculaires, de nombreuses médailles obtenues aux concours en témoignent, ainsi que les éloges de la presse. Aujourd’hui le meilleur moyen d’attester de la qualité des vins à travers le temps et d’ouvrir une vieille bouteille des années 70/80. À table, elle mettra tout le monde d’accord.

- Durant 22 ans avec un groupe de collègues viticulteurs ils créent et développe bénévolement La Maison des Hautes Côtes à Marey-les-Fussey. Ce Caveau-Restaurant avait atteint une renommée nationale. Avec une capacité de 340 places, il recevait plus de 40 000 visiteurs par an. En 1995, une nouvelle équipe a souhaité changer une partie de l’objectif...

- Parallèlement à tout cela, il enseigna le Génie Œnologique à l’université de Dijon pendant 20 ans.

- Depuis la fin des années 90, passionné de viticulture, il participe au développement des «Vignobles de l’impossible», à Tahiti, au Gabon, en Birmanie, en Chine... De nombreux projets sont encore en cours...